Le Conjugueur est un site dédié à la conjugaison française. acheter cialis en ligne Avec la Conjugaison du Monde.fr, le verbe acheter n'aura plus de secrets pour vous. Indicatif, conditionnel ou subjonctif, apprenez à conjuguer le verbe acheter avec la Conjugaison du Monde.fr..

vendredi 6 décembre 2019
Hôtel de Ville
Place de l'Appel du 18 juin 1940
Torcy 77207 Marne-la-Vallée Cedex 1
Tél. : 01 60 37 37 37 - Fax : 01 60 37 37 38
info@ville-torcy.fr
Menu 

Commémoration du 11 novembre

C’est sous la pluie que s’est déroulée la cérémonie pour la commémoration du 11 novembre 1918.

Elus, représentants d’associations, citoyens de tous les âges se sont réunis à midi au monument aux morts pour cette cérémonie du souvenir et pour rendre hommage à toutes les victimes.

Le maire, Guillaume Le Lay-Felzine et Gérard Branly, sous préfet de Torcy, ont ravivé la flamme du monument au Morts.

Puis des gerbes de fleurs ont tour à tour été déposées par le président de l’association Franco-Tuque, le président de l’association des Vietnamiens du Laos en France, les représentants des associations d’anciens combattants, Guillaume Le Lay-Felzine, maire de Torcy, Martine Duvernois, conseillère départementale et Gérard Branly, sous-préfet de Torcy.

Après les lectures des jeunes élus du conseil communal d’enfants, le maire a pris la parole : 

Monsieur le Sous-Préfet de Torcy, Madame la conseillère départementale,
Monsieur le Maire honoraire,
Mesdames, Messieurs les élus du Conseil Municipal de Torcy,
Mesdemoiselles et Messieurs les élus du Conseil Communal d’Enfants,
Monsieur le Président de la section locale de l’UNC,
Monsieur le Président du comité de Torcy/Champs/Noisiel de la FNACA,
Messieurs les anciens combattants,
Mesdames et Messieurs les représentants des corps constitués,
Mesdames, Messieurs les enseignants, Présidents d’associations,
Mesdames et Messieurs les musiciens de l’Orchestre d’Harmonie de Champs-sur-Marne,
Mesdames, Messieurs,

Il y a 101 ans, le 11 novembre 1918 à 11 heures, prenait fin la terrible épreuve que fut pour notre pays, pour l’Europe, pour le monde, la première guerre mondiale.

Jusqu’à la dernière minute, dans l’attente de l’armistice négocié depuis 4 jours, de lourdes pertes sont infligées par les troupes alliées à des forces allemandes épuisées mais toujours aussi déterminées.

A 10h50, ce 11 novembre 1918, le dernier soldat français, Augustin Joseph Trébuchon du 415ème régiment d’infanterie, est tué à Vrigne-Meuse dans les Ardennes.

1561 jours de combat s’achèvent enfin au moment où, sur toutes les lignes du front, le clairon sonne signifiant la fin des hostilités.

C’est le terme d’une guerre effroyable et meurtrière, communément dénommée la « Grande Guerre ».

La Grande Guerre, c’est un conflit d’un genre nouveau du fait de son ampleur sans précédent, de sa durée, de la violence extrême de ses combats décuplée par la puissance destructrice des nouvelles armes de guerre employées entre 1914 et 1918.

8,5 millions de morts, 20 millions de blessés, un traumatisme dépassant tout autre conflit antérieur dans l’histoire de l’humanité. Pour la France, la saignée que causa la Grande Guerre fut sans précédent, avec 1,4 millions d’hommes tués, 2 800 000 blessés, 600 000 mutilés ou invalides, des villages rayés de la carte, un tiers du territoire national détruit, une économie à genoux.

Le contraste est saisissant entre le 2 avril 1914, jour de la mobilisation générale dans l’enthousiasme d’une guerre que l’on pense courte et ce 11 novembre 1918 où, chez les soldats rescapés, un sentiment de confuse tristesse et les larmes se mêlent à la joie et au soulagement d’avoir survécu à l’apocalypse des tranchées.

Bien sûr, pour tous les survivants de cette tragédie héroïque, l’espoir était que tout cela n’avait pas été inutile et qu’aux fracas des armes succéderait une nouvelle ère de paix.

C’est dans ces conditions que s’ouvrit le 18 janvier 1919 la conférence de la paix de Paris. Pendant 20 mois, de janvier 1919 à août 1920, les représentants des pays alliés vainqueurs définirent les statuts de la nouvelle Société des Nations (S.D.N) créée le 14 février 1919 et préparèrent les traités de paix avec l’Allemagne et ses anciens alliés.

Malheureusement, dès juin 1919 et la signature du traité de Versailles avec l’Allemagne, une paix d’alliés – faîte pour et par les alliés en l’absence des vaincus – porte déjà en germe la tragédie à venir du nazisme et les désastres de la seconde guerre mondiale.

Ce midi, devant notre monument aux Morts, en ce jour de commémoration de la victoire et de la paix, « Torcy se souvient » et rend hommage à tous les morts pour la France tombés aux champs d’honneur afin de protéger notre Nation, garantir notre liberté.

Notre rassemblement, ce midi, est l’occasion privilégiée de renouveler notre attachement aux valeurs de paix, de fraternité, à l’amitié franco-allemande, à la primauté de l’engagement européen qui est le nôtre afin que la France et notre continent ne revivent jamais pareilles tragédies à l’image des deux guerres mondiales du XXème siècle.

C’est dire si votre présence, votre belle présence si nombreuse est si importante. Merci à vous toutes et à vous tous.