Le Conjugueur est un site dédié à la conjugaison française. acheter cialis en ligne Avec la Conjugaison du Monde.fr, le verbe acheter n'aura plus de secrets pour vous. Indicatif, conditionnel ou subjonctif, apprenez à conjuguer le verbe acheter avec la Conjugaison du Monde.fr..

mardi 15 octobre 2019
Hôtel de Ville
Place de l'Appel du 18 juin 1940
Torcy 77207 Marne-la-Vallée Cedex 1
Tél. : 01 60 37 37 37 - Fax : 01 60 37 37 38
info@ville-torcy.fr
Menu 

Graines d’artistes #4 : exposition du 20 au 30 mars

Des œuvres, fruit de plusieurs semaines de travail, sont exposées au premier étage de l’hôtel de ville jusqu’au 30 mars. Elles ont été réalisées par les enfants des centres de loisirs municipaux et leurs animateurs. 

Les enfants et leurs animateurs peuvent être fiers ; les travaux réalisés sont impressionnants comme ont pu le constater les familles et les élus lors du vernissage qui s’est déroulé le mercredi 20 mars en présence du maire, Guillaume Le Lay-Felzine, de Christine Iosub, maire adjointe. Trois artistes, Sylvie Klein, Nù Barreto et Anastase Ch. étaient présents lors du vernissage. Ils étaient ravis d’avoir été une source d’inspiration pour les enfants et épatés par les réalisations. 

80 enfants et leurs animateurs ont travaillé à partir d’une œuvre d’une artiste torcéen exposée lors d’Identité ARTiste fin 2018. A cette occasion, et pour la 4ème année consécutive, neuf animateurs des centres de loisirs sont devenus “passeurs de culture” auprès des enfants. 

Les enfants sont venus visiter l’exposition Identité ARTiste avec leurs animateurs, ont discuté autour des tableaux et sculptures et ont choisi de partir d’une ou deux œuvres en particulier pour faire leur propre création. Dès janvier, ils ont travaillé “à la manière de”. Les séances se sont déroulées le mercredi et parfois durant la pause méridienne.

Aujourd’hui, ils présentent leurs créations : 

  • A la croisée des techniques de Sadia Bouaziz et Nù Barreto : les enfants du Bord de l’eau ont été inspirés par deux œuvres. Ils ont procédé à tâtons, en multipliant les empreintes. Après avoir sélectionné celle qui leur plaisaient le plus, ils les ont associées pour la création d’une oeuvre commune. 

  • La chute : les enfants de Léo Lagrange ont travaillé à partir d’un tableau de Nù Barreto. Les enfants étaient fascinés par les petits personnages qui chutent, les échelles et le rouge vif présents sur le tableau de Nù Barreto. Cela a donné lieu a beaucoup d’extrapolations sur les échelles, l’impression de chute… Les enfants ont travaillé à partir de pastels secs, de papiers découpés, de craie et de peinture acrylique.
  • Tempête : oeuvre d’enfants de Jean Zay à partir de Car crash 1 de Pierre Olivier Balu. Les enfants ont été inspirés par l’impression de chaos dégagée par le tableau. Ils ont décidé d’utiliser différents matériaux et techniques pour exprimer les émotions ressenties lors de leur visite de l’exposition : collage, récupération, pastels…
  • L’oeuvre d’Erolf Totort a fortement inspiré des enfants du CVE, ce qui a donné naissance à La tête dans les nuages. Ils ont repris l’idée de la silhouette en travaillant à partir de la photographie, du découpage et du collage. Des techniques accessibles aux enfants à la différence de la gravure utilisée par l’artiste.
  • Oreillette et Scarabée ont été créées par les enfants des Crayons de Couleur à partir de l’oeuvre de Sylvie Klein. Pour réaliser Oreillette, ils ont utilisé plusieurs objets de récupération : une roue de vélo, un plot de signalisation et quelques autres éléments pour reproduire une oreille… un peu particulière. De leur côté, les grands maternels ont aussi utilisé des matériaux de récupération (grillage, bois, plastique, colle…) pour réaliser Scarabée.
  • L’homme qui ne voit rien 2.0, a été réalisée par les élémentaires du CVE à partir d’une oeuvre d’Anastase Ch. Un homme tenant un portable est juché sur des détritus rapportés par les enfants (objets cassés, oubliés…). L’homme est réalisé en grillage à poule, renforçant l’idée de cet homme vide, obnubilé par son écran ; juché sur son trône, il ne voit pas que son “patrimoine” est constitué de détritus.

  • Pour créer La guerre du monde de Piou Piou, les enfants élémentaires du CVE sont partis d’une oeuvre de Chek. Cette maquette représente une scène dans l’espace. Les personnages sont des lettres qui composent le mot “Arteck” (nom du groupe que ce sont donnés les enfants ayant travaillé sur le projet). Il pourrait s’agir de la scène principale d’un film…