Le Conjugueur est un site dédié à la conjugaison française. acheter cialis en ligne Avec la Conjugaison du Monde.fr, le verbe acheter n'aura plus de secrets pour vous. Indicatif, conditionnel ou subjonctif, apprenez à conjuguer le verbe acheter avec la Conjugaison du Monde.fr..

samedi 28 novembre 2020
Hôtel de Ville
Place de l'Appel du 18 juin 1940
Torcy 77207 Marne-la-Vallée Cedex 1
Tél. : 01 60 37 37 37 - Fax : 01 60 37 37 38
info@ville-torcy.fr
Menu 

Commémoration du 11 novembre

Compte tenu du contexte sanitaire, c’est en comité restreint que s’est déroulée la cérémonie de la commémoration du 11 novembre 1918.

Guillaume Le Lay-Felzine, maire de Torcy et les représentants des associations d’anciens combattants se sont recueillis au cimetière.

 

Ils ont par la suite rejoint le Monument aux Morts pour raviver la flamme avec François-Claude Plaisant, sous-préfet de Torcy.

 

 

Tour à tour, Guillaume Le Lay-Felzine, maire de Torcy au nom des représentants des associations des anciens combattants de Torcy, aujourd’hui portes drapeaux, ainsi que pour le Conseil municipal de Torcy, puis François-Claude Plaisant, sous-préfet de Torcy ont procédé au dépôt de Gerbe.
Par la suite François-Claude Plaisant a prononcé un discours.

Discours de Guillaume Le Lay-Felzine, maire de Torcy à l’occasion de la commémoration du 11 novembre 1918.

Monsieur le sous-préfet,
Messieurs les présidents d’associations d’anciens combattants,
Mesdames, messieurs,
Chers Torcéens,

En cette période de crise sanitaire exceptionnelle et pour des raisons évidentes de lutte contre la propagation de la COVID-19 sur notre territoire, les rassemblements devant les Monuments aux Morts ne sont pas autorisés.

Et pourtant, sous-préfet de Torcy, présidents des associations d’anciens combattants, porte-drapeaux, maire de Torcy, nous nous devions d’être présents ce midi au cimetière de Torcy, et ensuite devant notre Monument aux Morts.

Il y a un peu plus d’un siècle, il y a 102 ans, les hommes et femmes qui étaient à notre place ont mené un combat bien plus violent, bien plus éprouvant et bien plus sanglant que celui qui nous impose aujourd’hui à rester confinés.

Il y a 102 ans aujourd’hui, l’armistice mettant fin à la première guerre mondiale était signé au cœur de la forêt de Compiègne, à 80 kilomètres au nord de Torcy, dans le wagon de l’Armistice.

Enfin, à ce moment, cette terrible épreuve pour notre pays, pour l’Europe et pour le Monde entier, prenait fin. 1561 jours de combat s’achevaient au moment où, sur toutes les lignes du front, le clairon sonnait la fin des hostilités et de ce conflit mondial, dénommé rapidement la « Grande Guerre ».

Jusqu’à la dernière minute, dans l’attente de cette signature négociée depuis 4 jours, de lourdes pertes sont infligées par les troupes alliées à des forces allemandes épuisées, mais toujours aussi déterminées. Au total, en 4 années, 10 millions de personnes vont perdre la vie, 20 millions seront blessées et un traumatisme dépassant tout autre conflit antérieur sera à jamais gravé dans l’histoire de l’Humanité.

Pour la France, les pertes humaines sont colossales avec 1,4 million d’hommes tués, 2 800 000 blessés, 600 000 mutilés ou invalides, des villages entiers rayés de la carte, un tiers du territoire national détruit et une économie à genoux.

Bien sûr, pour tous les survivants de cette tragédie héroïque, l’espoir était que tout cela n’avait pas été inutile et qu’au fracas des armes et des bombes succéderait une nouvelle ère de paix.

C’est dans ces conditions que s’ouvrit le 18 janvier 1919 la conférence de la paix de Paris. Pendant 20 mois, les représentants des pays alliés vainqueurs définirent ensemble les statuts de la nouvelle Société des Nations (S.D.N) créée le 14 février 1919 afin de préparer les traités de paix avec l’Allemagne et ses anciens alliés.

Malheureusement, cette paix ne sera qu’éphémère, et les prémices de la tragédie à venir du nazisme et les désastres de la seconde guerre mondiale sont en germe du fait d’une paix ratée n’associant pas les nations vaincues.

Aujourd’hui, comme chaque 11 novembre, Torcy se souvient et rend hommage à tous les morts pour la France, tombés aux champs d’honneur pour protéger notre patrie et les valeurs qui ornent le fronton de nos bâtiments publics : la liberté, l’égalité et la fraternité.

Cet hommage, rendu exceptionnel en cette année de crise sanitaire majeure, nous rappelle aussi à quel point il nous faut en toutes circonstances honorer les valeurs de paix, d’amitié franco-allemande et la primauté de l’engagement européen.

Alors qu’il nous faut lutter contre un virus à peine visible, contre une bactérie qui frappe la planète entière et nos économies, il est plus que jamais nécessaire de rappeler qu’il est impératif que la France, l’Europe et demain le monde ne revivent pas de pareils conflits armés.

C’est dire s’il me parait essentiel de témoigner aujourd’hui, au nom du Conseil Municipal de Torcy, au nom de tous les Torcéens, de notre éternelle reconnaissance envers celles et ceux qui ont donné leur vie durant la première guerre mondiale, pour notre liberté.

Merci à vous toutes et à vous tous.